Actualités

10 avril 2020

INFOLETTRE #2 : Le Comité de parents au temps du coronavirus…

Lettre du président du CP-CSDM, Marc. Etienne Deslauriers, aux membres du Comité de parents, au sujet de la correspondance du ministre de l’Éducation envoyée le jeudi 9 avril dernier

(Mon collègue Sylvain Martel, président du Comité de parents de Laval, a choisi tous les bons mots hier… et dans le bon ordre, en plus ! Je les partage avec vous ici.)

Notre rôle de parents a connu tout un bouleversement dans les dernières semaines. Ce n’est pas seulement notre quotidien qui est tout chamboulé, ce sont nos repères, nos objectifs, et même nos priorités.

Nos enfants peuvent le savoir et le comprendre, à divers degrés… Et tant mieux pour nous, parce que leur expliquer ce qui se passe de nos jours, et partout dans le monde, n’est pas une mince affaire !

Avec un peu de chance, nos enfants peuvent se contenter de notre présence, quand on peut la leur offrir…

… si on ne travaille pas tous les jours pour assurer des services essentiels…

… si on n’a pas l’esprit préoccupé par le travail, par le télétravail, ou encore par la peur ou le malheur de perdre son emploi…

… si on ne cherche pas comment nourrir notre famille dans les prochains jours, dans les prochaines heures…

… si on ne cherche pas à s’informer des décisions prises par le gouvernement dans une langue qu’on maîtrise mieux que le français…

… si on ne s’inquiète pas pour la santé et la sécurité de nos proches, ou la nôtre…

Même quatre semaines après la fermeture des écoles, il est tout à fait possible que notre priorité de tous les jours soit encore de répondre à ces besoins fondamentaux.

Forcément, l’éducation peut passer loin après toutes ces considérations.

Heureusement, ça demeure la consigne officielle du gouvernement du Québec et de la Direction de la Santé publique. «Se protéger, ça sauve des vies», après tout.

D’ailleurs, j’aurais préféré que le ministre de l’Éducation, monsieur Jean-François Roberge, nous le rappelle, dans la lettre qu’il nous a envoyée hier. Il y écrit bien que les activités proposées dans les trousses pédagogiques sont facultatives et qu’il compte sur nous pour que nos enfants les réalisent, à la maison, «dans la mesure du possible».

Or, nous savons, et monsieur Roberge doit savoir, que ce «possible» n’est pas toujours à la portée de tous les parents. Particulièrement à Montréal.

C’est pourquoi j’ai été si heurté par le changement de ton marqué par cette lettre.

Dès la première page, on attribue aux parents la responsabilité de «maintenir le lien» entre l’école et nos enfants, de «consolider leurs acquis», de leur éviter ce retard qui pourrait s’accumuler si nous laissons se prolonger cette «période d’inactivité», etc.

Des mots bien durs à entendre quand on se met déjà beaucoup de pression pour soutenir nos enfants dans ces temps difficiles, quand on n’a plus accès aux services offerts avant la fermeture des écoles, et quand on se culpabilise déjà de devoir combler tous les jours des besoins bien plus pressants que celui de répondre aux attentes du ministre de l’Éducation !

Bien sûr, si vous êtes capable de répondre à cet appel, pour le bien de votre enfant et de son parcours scolaire, faites-le sans hésiter.

Mais le rôle de notre Comité de parents, et mon devoir, c’est de parler au nom de tous ceux et celles qui n’ont pas cette chance, qui ne savent peut-être même pas que notre instance existe pour leur bénéfice, et de rappeler au ministre que son devoir à lui, c’est de déployer toutes les ressources nécessaires pour que l’école maintienne le lien avec toutes nos familles, sans exception.

Et de lui rappeler du même coup qu’il lui reste encore à remplir plusieurs promesses faites, il y a un mois maintenant, aux parents et aux enfants les plus vulnérables.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Je vous souhaite de bien profiter de ce long congé, et de trouver, pendant la fin de semaine, le secret pour distinguer ces jours de fête des autres jours que nous devons maintenant passer en confinement…

(Ma suggestion, c’est de tout miser sur le chocolat !…)

Et prenez le temps aussi de lire le message de Sylvain, ça en vaut vraiment la peine ! (C’est là ma dernière suggestion…)

À une prochaine fois, et merci !

Bien à vous,

Marc. Etienne Deslauriers

Président du Comité de parents de la CSDM

One comment on “INFOLETTRE #2 : Le Comité de parents au temps du coronavirus…

Comments are closed.

Scroll to top