Actualités

28 février 2018

Réunion du 20 février 2018 — Surpopulation dans les écoles, une responsabilité partagée

Compte rendu de la séance du mardi 20 février 2018

Surpopulation dans les écoles montréalaises :
une responsabilité partagée pour trouver des solutions

[Document PDF communiqué aux médias]

Montréal, le mercredi 28 février 2018 — Lors de sa réunion du mardi 20 février dernier, le Comité de parents de la Commission scolaire de Montréal (CSDM) a fait entendre son mécontentement unanime face à la lenteur du traitement des problèmes liés à la surpopulation et au manque d’espace dans les écoles montréalaises. « À notre avis, la responsabilité d’agir incombe à toutes les instances concernées — scolaire, municipale et provinciale —, parce que ce sont nos élèves qui paient le plus cher les conséquences de notre inaction », affirme monsieur Sylvain P. Caron, président du Comité de parents. Il presse d’ailleurs les représentants de tous ces paliers politiques à travailler ensemble, et sans tarder, pour trouver des pistes de solutions durables.

Un appel renouvelé à la collaboration
du monde municipal

Le président du Comité de parents rappelle que la participation et le soutien de la Ville de Montréal est nécessaire pour tous les travaux d’importance sur les infrastructures de la CSDM : rénovations et réfections des écoles, installations de classes modulaires, agrandissements et récupérations des bâtiments scolaires, construction de nouveaux établissements, etc.

« Attendre l’attribution des permis, ou la validation que les projets soumis respectent la réglementation en place, ça peut retarder la réalisation de ces travaux. Si la Ville ne lève pas certains de ces obstacles administratifs, on pourrait perdre tout le temps gagné grâce à l’annonce de janvier dernier du ministre de l’Éducation », explique monsieur Caron.

Les classes modulaires, une solution
de dernier recours désormais incontournable

Mélanie Robinson, commissaire-parent représentant le primaire, se dit aussi préoccupée d’entendre certains élus municipaux s’inquiéter maintenant de la construction d’unités préfabriquées dans les cours d’école. « Depuis plusieurs années déjà, nous dénonçons ce manque d’espace, tout comme les conséquences néfastes des “agrandissements par l’intérieur” qui nous font perdre des locaux dédiés aux arts, à la science, à la musique, à la bibliothèque ou encore à des spécialistes comme des psychologues ou des orthophonistes. Et dans plusieurs milieux, on a déjà atteint la limite de ces reprises de locaux. Certains élèves passent désormais des journées complètes dans la même classe, parce que le service de garde n’a pas d’autre espace disponible pour le dîner ou pour le jeu libre! Les enfants rentrent chez eux stressés et épuisés, et même les parents sont affectés par le climat malsain créé par ce manque d’espace. La situation est encore plus pénible pour les élèves à besoins particuliers qui peuvent être particulièrement sensibles à leur environnement. »

(Bibliothèque dans un corridor.)

À l’école Marc-Favreau, la bibliothèque a été déménagé dans un corridor. (PHOTO : Jacques Nadeau, Le Devoir, 2 septembre 2017)

« Les unités préfabriquées, c’est donc une solution de dernier recours en attendant que les ajouts d’espace soient autorisés, puis réalisés. Si certains arrondissements commencent à refuser ces constructions temporaires, je ne sais pas comment la CSDM pourra accueillir tous nos enfants l’an prochain », poursuit-elle.

Accélérer l’autorisation des agrandissements
et des constructions de nouvelles écoles

Au-delà des mesures à court terme, le Comité de parents invite tous les représentants des instances qui ont le pouvoir de décider et d’agir — la CSDM, la Ville de Montréal et le gouvernement du Québec — à se réunir dans les prochaines semaines pour trouver des solutions durables au manque d’espace dans les écoles montréalaises. Il demande entre autres que le ministère de l’Éducation autorise un plus grand nombre de projets d’agrandissement, mais aussi que la municipalité et la commission scolaire identifient ensemble des terrains ou des bâtiments, disponibles et convenables, pour construire de nouveaux établissements scolaires.

Le président du Comité de parents rappelle d’ailleurs que l’équipe de Projet Montréal s’était engagée, pendant la dernière campagne électorale, à toujours prévoir des terrains dédiés à la construction de nouvelles écoles dans les nouveaux développements immobiliers, et donc à ne plus répéter les erreurs de Griffintown et de Contrecoeur.

« C’est donc avec consternation que nous avons appris la décision du conseil d’arrondissement de Rosemont — La Petite-Patrie de ne pas exiger le transfert d’une partie des terrains du Technopôle Angus pour la construction d’une nouvelle école, et ce, malgré la recommandation de l’Office de consultation publique de Montréal. Dans un quartier où le taux d’occupation moyen des écoles dépasse déjà les 105 %, c’est certainement difficile à justifier… », confie Sylvain P. Caron.

« Nous sommes convaincus de la bonne volonté de tous les intervenants actuels : nous avons tous et toutes le même objectif, qui est d’offrir un milieu scolaire vivant, stimulant et accueillant, où nos enfants pourront apprendre et s’épanouir toute la journée. Il faut maintenant faire un petit effort supplémentaire pour aller au-delà de nos limites administratives respectives et régler une fois pour toute le problème de la surpopulation dans nos écoles », conclut monsieur Caron.

Autres sujets abordés lors de cette réunion du Comité de parents de la CSDM

En plus des débats qui ont mené à l’adoption unanime de ces deux résolutions sur la surpopulation, la rencontre du mardi 20 février dernier a été l’occasion pour les membres du Comité de parents de se prononcer sur les procédures d’admission des programmes qui font une sélection de leurs élèves, notamment :

  • d’éviter les examens d’admission pour les projets particuliers des établissements de la CSDM ;
  • de démystifier la volonté d’inclusion et de s’assurer que ces critère d’admission ne freinent pas la sélection des élèves qui pourraient suivre un programme à l’aide des adaptations auxquelles ils et elles ont droit ;
  • d’adopter une politique sur la douance, pour reconnaître les besoins particuliers des élèves doués ;
  • et d’harmoniser à l’échelle de la CSDM la communication des renseignements portant sur les procédures d’admission des projets particuliers de ses établissements.

Enfin, les membres du Comité de parents ont aussi discuté des difficultés que rencontrent certains établissements à faire l’entretien, durant la période hivernale, des accès et de la cour d’école, et des dangers que cela pose pour les élèves, les membres du personnel et les parents. On les a d’ailleurs informés que la CSDM peut offrir un service exceptionnel de déneigement et de déglaçage dans les cas les plus graves.

 

SOURCES :

Résolution adoptée à l’unanimité par le Comité de parents (le mardi 20 février 2018) :
« Demande afin d’accélérer la résolution des problèmes liés à la surpopulation et à la vétusté des établissements scolaires de la CSDM »
[Document PDF]

Résolution adoptée à l’unanimité par le Comité de parents (le mardi 20 février 2018) :
« Pour l’intégration d’écoles dans le cadre du développement de grands projets résidentiels sur le territoire de la CSDM »
[Document PDF]

« Les classes modulaires ne font pas l’unanimité », reportage de Dominic Brassard diffusé dans le cadre de l’émission Le 15-18 de la Première Chaîne de Radio-Canada, le vendredi 23 février 2018 :
ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/le-15-18/segments/entrevue/60620/prefabrique-ecole-classe-professeur

« L’expansion des “Shops Angus” acceptée, malgré l’opposition de résidents à Rosemont », article d’Olivier Robichaud publié le lundi 12 février 2018 sur le site du Huffington Post Québec :
quebec.huffingtonpost.ca/2018/02/12/lexpansion-des-shops-angus-acceptee-malgre-lopposition-des-residents

« Rénovation des écoles : Québec pèse sur l’accélérateur », article de Julien McEvoy publié le lundi 15 janvier 2018 sur le site de ICI Radio-Canada Info :
ici.radio-canada.ca/nouvelle/1078120/ministre-proulx-csdm-valerie-plante-harel-bourdon-annonce-renovation-remise-etat

« Projet Montréal s’engage à prévoir des terrains pour la construction de nouvelles écoles dans les nouveaux développements », engagement électoral diffusé sur le site de Projet Montréal, publié le 22 juin 2017 :
www.projetmontreal.org/achat_terrains_ecoles

Scroll to top