Actualités

14 février 2018

Réunion du 6 février 2018 — Pour le maintien des élections scolaires en 2018

Compte rendu de la réunion du mardi 6 février 2018

Les parents de la CSDM ne veulent pas le report des prochaines élection scolaires de novembre 2018

Le Comité de parents de la Commission scolaire de Montréal (CSDM) a réclamé à l’unanimité, lors de sa réunion du mardi 6 février, le maintien des élections scolaires prévues en novembre 2018. Il réagissait ainsi à l’appel de la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ) et de l’Association des commissions scolaires anglophones du Québec (ACSAQ-QESBA), publié dans Le Devoir du vendredi 15 décembre 2017, qui proposait de chercher des « conditions favorables pour la démocratie » en demandant au gouvernement de reporter la date du prochain scrutin scolaire. Selon le président du Comité de parents de la CSDM, monsieur Sylvain P. Caron, le report des élections ne fait rien pour promouvoir une vie démocratique saine au sein de nos institutions publiques scolaires.

Repenser la démocratie scolaire, mais pas la retarder


PHOTO : ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

« Il y a des arguments solides pour repenser le cycle électoral au niveau scolaire », poursuit-il, « à commencer par le jumelage avec les élections municipales, pour palier aux difficultés réelles de ces deux paliers locaux à susciter une participation électorale plus importante. En ce sens, on appuie cette recommandation des associations d’élus scolaires. Mais reporter les élections en 2020 ou en 2021, et donc presque doubler le mandat des élus actuels, comme cela a été fait en 2014, ça ne nous apparaît pas du tout raisonnable. La tenue d’élections provinciales un mois avant les élections scolaires, ou encore l’impossibilité de mettre à l’épreuve un nouveau processus inédit de vote électronique, ça nous semble des raisons bien minces pour préconiser un report si important », explique le président du Comité de parents.

« Dans tous les cas, si l’objectif visé, c’est de favoriser la plus grande participation de l’électorat, il faudrait commencer par cesser de jouer avec le calendrier électoral au scolaire ! Nous invitons tous les organismes de parents qui partagent nos préoccupations, de même que la Fédération des comités des parents du Québec (FCPQ), à porter le même message à nos élus, à Québec et dans nos commissions scolaires », déclare monsieur Caron.

Demander au ministère de mieux intégrer l’immigration et les développements résidentiels dans les calculs de la capacité d’accueil des écoles montréalaises

Le Comité de parents a aussi été invité à se pencher sur le problème spécifique des prévisions du nombre d’élèves qui sont calculées par le ministère de l’Éducation et transmis annuellement à la CSDM. Dans la continuité de leur participation à la consultation effectuée cet automne sur le Plan triennal de répartition et de distribution des immeubles (PTRDI) de la CSDM, les membres du Comité de parents ont tenu à appuyer, unanimement, les revendications de l’administration de la commission scolaire, qui demande depuis plusieurs années que tous les facteurs pertinents soient considérés dans l’évaluation de la capacité d’accueil des établissements qu’elle gère.

« Les défis que posent la surpopulation et l’entretien des écoles de la CSDM sont de plus en plus difficiles à surmonter, et la tendance actuelle de la croissance du nombre d’élèves et de la vétusté de certaines écoles ne montre aucun signe qu’elle va s’estomper : pour une huitième année de suite, la CSDM a demandé l’autorisation de procéder à des ajouts d’espace sur son territoire », rappelle le président du Comité de parents.

« Malheureusement, en ne tenant pas compte des effets réels de l’immigration et des projets de développements résidentiels sur l’augmentation de la population montréalaise, on sous-estime systématiquement les besoins de la commission scolaire, qui a l’obligation, rappelons-le, de scolariser tout le monde sur son territoire, notamment en matière d’accueil et de francisation. Les besoins continuent de croître et le nombre de projets d’agrandissement autorisés par le Ministère ne suffisent pas », déplore Sylvain P. Caron. « Nous aurons l’occasion, très bientôt, de faire entendre nos revendications par rapport à la surpopulation dans nos écoles. Mais tout doit absolument commencer par des calculs réalistes et complets pour pouvoir reconnaître toute l’étendue des problèmes qui y sont liés. »

Autres sujets abordés par le Comité de parents de la CSDM

La rencontre du mardi 6 février dernier a aussi été l’occasion pour les membres du Comité de parents de découvrir le nouveau plan de communication qui accompagnera les projets de travaux majeurs dans les écoles, présenté par le Service des ressources matérielles de la CSDM. Les représentantes et représentants des parents ont pu questionner deux professionnels de ce service qui s’étaient déplacés pour cette raison.

Les membres ont également pu adopter le budget de fonctionnement du Comité de parents, en apprendre plus sur le développement du protocole mis à l’essai par la direction générale de la CSDM pour les cas de remplacements à répétition et connaître les résultats de la consultation sur les calendriers scolaires de 2018 à 2021. Enfin, les membres ont reçu la résolution adoptée par le conseil d’établissement de l’école secondaire Sophie-Barat au sujet des baisses d’impôts annoncées par le gouvernement du Québec en novembre dernier.

SOURCES :

« Élections scolaires : à la recherche des conditions favorables pour notre démocratie », lettre commune de la FCSQ et de l’ACSAQ-QESBA, publiée dans Le Devoir du 15 décembre 2017 :
http://www.ledevoir.com/documents/pdf/elections_scolaires_lettre_ouverte.pdf

« Pour le maintien des élections scolaires à l’automne 2018 », résolution adoptée à l’unanimité, le mardi 6 février 2018, par le Comité de parents de la CSDM :
[Document PDF]

« Prise en compte de tous les facteurs dans les calculs de la clientèle transmis à la CSDM par le MEES », résolution adoptée à l’unanimité, le mardi 6 février 2018, par le Comité de parents de la CSDM :
[Document PDF]

« Résolution pour demander au ministre des Finances du Québec d’investir les impôts dans l’éducation plutôt que de les baisser », résolution adoptée par le conseil d’établissement de l’école Sophie-Barat, le 5 décembre 2017, et déposée au Comité de parents de la CSDM par les représentants de cet établissement secondaire :
[Document PDF]

Scroll to top